Rencontres du Management Public Territorial

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Thématique des Neuvièmes Rencontres


alt



IXèmes Rencontres du Management Public Territorial


Organisées conjointement avec l’Université de Nice et plus particulièrement les étudiants du master II « management public » de l’IAE que dirige David HURON, maître de conférences, HDR en Sciences de Gestion et le Centre de Gestion de la fonction publique territoriale, en partenariat avec le Syndicat National des Dirigeants Territoriaux et l’Association des anciens Elèves de l’Institut National d’Etudes Territoriales, les IXèmes Rencontres du Management Public Territorial se dérouleront le vendredi 29 janvier 2016 sur le campus niçois de Saint Jean d’Angely. Elles auront pour thème :


La reconnaissance : un levier du management public ?


Si la reconnaissance est un besoin vital pour les individus, elle représente également un enjeu pour les organisations privées et publiques. Selon Christophe DEJOURS « la reconnaissance est le passage obligé pour le renouvellement du désir, sans lequel, il n’y aurait pas d’engagement dans l’action »1. Mais la notion de reconnaissance est mal définie dans le monde de la gestion où l’accent est plutôt mis sur la motivation et la mesure de la performance. BRUN et DUGAS2 distinguent plusieurs approches pour aborder le sujet. La perspective éthique soutient d’abord l’idée que la reconnaissance est une question de dignité humaine et de justice sociale où la personne représente une finalité en soi. Ensuite, la conception humaniste et existentielle porte sur la reconnaissance de la personne, de son être, de son caractère unique et distinct, ainsi que de son existence. Ainsi la reconnaissance se rapporte à l’employé ou au collectif de métier en le ou les considérant comme porteurs d’intelligence, de sentiments et d’expertise. En troisième lieu, l’école de la psychodynamique du travail se concentre sur le vécu subjectif des personnes en situation de travail ainsi qu’aux stratégies individuelles et collectives de défense qu’elles déploient pour préserver leur équilibre psychique dans les conditions de travail déstabilisantes. En d’autres termes selon cette optique, la reconnaissance représente une rétribution attendue essentiellement symbolique. Enfin, selon l’approche comportementaliste, le comportement humain est contrôlé par ses conséquences et s’inscrit dans une logique contribution rétribution.

En mobilisant notamment la théorie sociale normative de la reconnaissance proposée par Axel HONNETH3, ces IXème Rencontres permettront d’échanger entre universitaires et praticiens des collectivités territoriales sur les formes qui permettent de reconnaître la contribution et la place de chacun dans la « sphère de solidarité sociale » que constituent les entités publiques.


1 Christophe DEJOURS, professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers, Psychiatre, Psychanalyste. Il est le fondateur de la Psychodynamique au travail

2 BRUN J.-P., DUGAS N., 2005, « La reconnaissance au travail : analyse d’un concept riche de sens », Gestion, vol.30, 2005/2, p.79-88.

3 Axel HONNETH, Philosophe et sociologue, dirige depuis 2001 l’Institut de recherche sociale de l’université de Francfort où il a succédé à Jürgen HABERMAS


alt





Vous êtes ici : 9èmes Rencontres (2016)